La valse des chefs : suite

La valse des chefs d’orchestre reprend de plus belle et donne, une nouvelle fois, le tournis ! Commençons par notre ami Stéphane Dénève, qui on le sait fait une belle carrière aux Etats-Unis, et qui sera donc à partir de la saison 2018/19 le nouveau directeur de l’Orchestre de Saint Louis où il remplacera David Robertson en poste depuis 13 ans. On vient aussi d’apprendre que le français Lionel Bringuier sera remplacé à l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich, à partir de septembre 2019 et pour un contrat d’au moins 5 ans, par Paavo Järvi. On se souvient que ce dernier avait dit quitter l’Orchestre de Paris pour se concentrer sur l’Orchestre de la NHK de Tokyo dont il a pris la direction en 2015. Un an après son arrivée, son contrat intial de 3 ans au Japon a été prolongé de 3 années supplémentaires. On a donc maintenant confirmation que son départ de Paris était plutôt lié à sa mésentente connue avec la direction de l’Orchestre de Paris qu’à une volonté de non cumul qui, on le sait, n’a jamais été une priorité chez Paavo Järvi…

En France, la situation de beaucoup d’orchestres est stabilisée : ainsi le talenteux Tugan Sokhiev restera à Toulouse au moins jusqu’en 2020, Pascal Rophé a lui aussi été prolongé à l’Orchestre Philharmonique des Pays de Loire jusqu’en 2020, l’anglais Paul Daniel à Bordeaux jusqu’en 2021 et le finlandais Mikko Franck au Philharmonique de Radio France jusqu’en 2022. Par ailleurs, Emmanuel Krivine, Alexandre Bloch, par ailleurs chef invité à Dusseldorf depuis 2015 et au moins jusqu’en 2020, et Benjamin Levy viennent de prendre leurs fonctions respectivement à l’Orchestre National de France, à l’Orchestre National de Lille et à l’Orchestre de Cannes Provence Côte d’Azur.

En revanche, rien n’a encore filtré en ce qui concerne la succession à l’Orchestre National de Lyon, dont le chef actuel, l’américain Léonard Slatkin, est annoncé partant cet été. Les lyonnais oseront-ils, comme jadis les toulousains, opter pour un jeune chef de talent encore peu connu ? A l’opéra de Lyon, c’est l’italien Daniele Rustoni qui remplacera dès la rentrée le japonais Kazushi Ono qui en était le directeur musical depuis 2008. Quant à l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, il se dit que le slovène Marko Letonja, en poste depuis 2012, serait sur le départ. Il vient d’ailleurs de signer à l’Orchestre Philharmonique de Bregen avec une prise de fonction en septembre 2018 et une nouvelle directrice générale, Marie Linden, est arrivée récemment à Strasbourg. Il se pourrait donc qu’un successeur soit bientôt nommé et ce c’autant que le québécois Jacques Lacombe vient d’être nommé directeur musical de l’Orchestre de Mulhouse.

A l’international en début de saison 2016/17, Daniele Gatti a pris ses fonctions au Concertgebouw d’Amsterdam, Jonathan Nott à l’Orchestre de la Suisse Romande et Robert Treviso, ancien assistant de Louis Langrée aux USA, à l’Orchestre du Pays Basque Espagnol. Par ailleurs, le jeune prodigue finlandais Santtu-Mathias Rouvali, le brillant chef espagnol Pablo Heras-Casado, le passionnant Gianandrea Noseda, l’extraordinaire Andris Nelsons, l’étonnant Vladimir Jurowski, le jeune anglais Robin Ticciati, et bien entendu Sir Simon Rattle, prendront en septembre prochain leurs fonctions respectivement à Göteborg, à l’orchestre St-Luke de New-York, à Washington, au Gewandhaus de Leipzig, au Rundfunk SinfonieOrchester de Berlin, au DSO Berlin et au London Symphony Orchestra. A plus long terme, Martin Fröst, un clarinettiste de très grand talent, sera à partir de la saison 2019/20 directeur de l’Orchestre de chambre de Suède et le parfois très contesté Teodor Currentzis de l’orchestre récemment fusionné de la SWR à partir de la saison 2018/19.

Enfin et suite au décès brutal le 1er juin de Jiri Belholavek, directeur musical de la Philharmonie Tchèque depuis 2012, ce poste sera bientôt à pourvoir. Parmi les pressentis figureraient 2 tchèques Jakub Hrsua, à peine arrivé à Bamberg à la place de Jonathan Nott, et Tomas Nétopil, directeur depuis 2013 de la Philharmonie d’Essen, mais aussi Fabio Liusi, Marin Alsop, Semyon Bychkov et l’habitué des cumuls le néerlandais Jaap van Zweden, déjà en poste à la Radio néerlandaise et au Hong Kong Philharmonic, mais   pas encore arrivé au New York Philharmonic où il doit prendre ses fonctions en 2018. Un poste qui pourrait aussi intéresser l’inusable et toujours recasé Christoph Eschenbach, pourtant une nouvelle fois remercié cette fois à Washington, mais qui a déjà trouvé à rebondir à l’orchestre National d’Espagne où il est premier chef invité aux cotés de David Afkham, voire un autre cumulard Paavo Järvi…

Notons aussi que Yannick Nézet-Séguin restera à Philadelphie jusqu’en 2026 et au Métropolitain de Montréal jusqu’en 2021, Franz Welser-Möst jusqu’en 2022 à Cleveland, Mariss Jansons à Munich jusqu’en 2021, Osmo Vänskä à l’Orchestre du Minesotta jusqu’en 2021, Riccardo Muti jusqu’en 2020 à Chicago, Gustavo Dudamel à Los Angeles jusqu’en 2022, que Louis Langrée, en poste depuis 2013 à Cincinnati a été reconduit jusqu’en 2022 et que Gustavo Gimeno, à l’Orchestre de Luxembourg depuis 2015/16, vient lui aussi d’être prolongé jusqu’en 2022. A l’inverse, le français Ludovic Morlot quittera l’Orchestre de Seattle qu’il dirige depuis 2011 en 2019 et l’américain Kent Nagano l’Orchestre symphonique de Montréal à l’été 2020. On vient aussi d’apprendre le prolongement du contrat de Christian Thielemann à la Staatskapelle de Dresde, où il est directeur depuis 2012, avec une fin de contrat désormais prévue à 2024.

Coté maison d’opéras, Philippe Jordan restera en poste à Paris jusqu’en juillet 2021 pour aller ensuite occuper la même fonction à Vienne, et Riccardo Chailly à la Scala au moins jusqu’en 2022. On vient aussi d’apprendre qu’Antonio Pappano quittera en 2020 le Royal Opera House Covent Garden après plus de 15 ans de bons et loyaux services. On le dit intéressé par le même poste à l’opéra de Munich que quitera bientôt Kirill Petrenko en partance pour l’Orchestre Philharmonique de Berlin. Quant à Yannick Nézet-Séguin, qui quittera fin 2018 l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam après avoir célébré le centenaire de cet orchestre, il est déjà directeur désigné du Metropolitan Opera New York avant de devenir directeur à plein temps en 2020.

Concernant la situation à Paris plusieurs inconnues demeurent. Ainsi, la directrice du Chœur de Radio France depuis 2015, Sofi Jeannin, nommée à la direction des BBC Singers à partir de l’été 2018, a annoncé qu’elle quitterait à ce moment-là cette fonction tout en continuant de diriger la Maîtrise de Radio France. Un poste de chef de chœur pour un ensemble toujours en souffrance et dont les effectifs viennent d’être réduits de 114 à 90 est à donc à pourvoir. En France, on ne voit pas très bien qui pourrait avoir le profil, hormis Lionel Sow, invité régulier de cet ensemble depuis plusieurs années, mais actuellement en poste au chœur de l’Orchestre de Paris. Un recrutement à l’international, comme précédemment Matthias Brauer, parait donc plus plausible à moins que …

Car l’autre interrogation parisienne concerne l’Orchestre de Paris. Ainsi on vient d’apprendre que Thomas Hengelbrock, directeur associé de l’ensemble parisien, quittera à la fin de la saison 2018/19 la direction de l’orchestre de la NDR, maintenant nommé orchestre de l’ElbPhilharmonie, qu’il occupe depuis 2011. Il sera remplacé par Alan Gilbert qui quitte New-York où arrive Jaap van Zweden. Ce départ d’Hambourg étonne alors que l’ElbPhilharmonie, où réside maintenant cet orchestre, est un magnifique outil et un vrai succès. Thomas Hengelbrock aurait-il plus d’ambition pour Paris et/ou d’autres perspectives ? On est également surpris que le devenir de Daniel Harding à l’Orchestre de Paris n’ait pas encore été précisé à l’issue d’une pourtant très belle saison inaugurale. Arrivé en septembre 2016 son contrat de 3 ans expirera donc en juin 2019, c’est à dire demain dans ce monde où tout est très anticipé. Et rappellons-nous que Paavo Järvi, arrivé en septembre 2010 pour un premier contrat de 3 ans avait été prolongé dès mars suivant, soit 6 mois après sa prise de fonction. Et cette blessure au poignet, qui contraint Daniel Harding à renoncer aux représentations de The Rake’s Progress à Aix en Provence (il sera remplacé par le norvégien Eivind Gullberg Jensen), tombe juste au moment où l’Orchestre de Paris reprend un rôle de premier plan dans ce prestigieux festival. C’est vraiment pas de chance!

Suite au prochain numéro !

Gilles Lesur, le 20 juin 2017, actualisé le 30 juillet 2017