La valse des chefs : encore !

Depuis juin dernier, date de notre dernière chronique sur ce sujet, lire http://www.lesamisdarthur.com/la-valse-des-chefs-suite-2/ la valse des chefs d’orchestre continue ! Signalons donc ici les dernières annonces et prochains mouvements.

Suite au décès brutal le 1er juin de Jiri Belholavek, directeur musical de la Philharmonie Tchèque depuis 2012, on a appris le 15 octobre que ce sera finalement Semyon Bychkov qui prendra la direction de l’ensemble à l’automne 2018. Il sera aidé dans sa mission par deux jeunes et brillants chefs tchèques, Jakub Hrůša et Tomáš Netopil, une façon sans doute aussi de préparer l’avenir.  Quant au chef danois Thomas Dausgaard il sera directeur musical du Seattle Symphony pour 4 ans à compter de la saison 2019/2020, un ensemble qu’il connait bien puisqu’il en est le chef principal invité depuis 2014. Il succèdera au lyonnais Ludovic Morlot, en poste depuis 2011, candidat officieux à la direction de l’Orchestre National de Lyon.

Par ailleurs, il est de plus en plus probable que Vladimir Jurowski, directeur du London Philharmonic depuis bientôt 10 ans, et qui vient de prendre ses fonctions de directeur du RSO-Berlin, devienne le prochain directeur musical de l’Opéra de Munich, un poste laissé bientôt vacant par le départ de Kiril Petrenko pour Berlin. On parle même d’un duo avec Serge Dorny, actuel directeur de l’Opéra de Lyon, qui avait déjà postulé à l’Opéra de Dresde.

On a aussi appris que l’américain Kent Nagano quittera l’Orchestre symphonique de Montréal qu’il dirige depuis 2006 à l’été 2020, tout en venant d’être prolongé à l’Opéra de Hambourg jusqu’en 2025 et que le contrat de Christian Thielemann à la Staatskapelle de Dresde, où il est directeur depuis 2012, a été prolongé jusqu’en 2024. Quant au chef américain  Michael Tilson Thomas, il a annoncé qu’il quittera le San Francisco Symphony Orchestra au terme de la saison 2019-20. Il aura alors 75 ans et aura dirigé cette institution pendant 25 ans. Mais le finlandais Osmo Vänskä, en poste à Minneapolis depuis 2003, a lui été prolongé jusqu’en 2022.

Quant à l’Orchestre National de Lorraine c’est le chef d’orchestre belge David Reiland , 37 ans, qui sera directeur musical à compter de la saison 2018-2019, en remplacement de Jacques Mercier à la tête de l’ensemble depuis 15 ans.

Par ailleurs, le chef finlandais Jukka Pekka Saraste, directeur musical  de l’Orchestre de la WDR de Cologne depuis 2010, vient de faire savoir qu’il mettra fin à ses fonctions en 2019. Quant au chef d’orchestre danois Michael Schonwandt il a été reconduit jusqu’en juin 2021 comme chef principal de l’Opéra-Orchestre National de Montpellier/Occitanie, fonction qu’il occupe depuis septembre 2015.

Le contrat de Marin Alsop à la tête de l’Orchestre Symphonique d’État de São Paulo, débuté en 2012, se terminera fin 2019, la chef américaine étant aussi directrice musicale de l’orchestre symphonique de Baltimore depuis 2007. On vient aussi d’apprendre que Valery Gergiev deviendra à partir de l’édition 2018 le directeur musical de l’Orchestre des Jeunes du Festival de Verbier. Il est vrai que l’homme est assez peu occupé et on imagine aisément les avantages financiers d’une telle fonction.

A l’Orchestre de Paris, même s’il se dit sous le manteau que l’annonce de la prolongation des contrats de Daniel Harding (et Thomas Hengelbrock ?) est imminente, rien n’a encore été officialisé. On notera à ce propos que Thomas Hengelbrock quittera l’Orchestre de l’ElbPhilahrmonie (anciennement Orchestre de la NDR), non comme prévu à l’issue de la saison 18/19, mais à l’été 2018. Ce dernier aurait trouvé la communication autour de l’arrivé de son successeur, Alan Gilbert, un peu trop insistante. Une façon aussi peut-être de se rendre plus disponible pour Paris …

Coté maison d’opéras, Juan Pons, en poste au Liceu de Barcelone depuis 2012, a été prolongé jusqu’en 2022. Quant à l’Opéra de Paris et au Royal Opera House Covent Garden, que respectivement Philippe Jordan et Antonio Pappano quitteront en 2020, aucun nom ne circule encore…Cela ne saurait tarder !

Suite au prochain numéro !

Gilles Lesur, le 11 décembre 2017