Quincena Musical de San Sebastián 2017

Vous connaissez le festival de Salzbourg, d’Édimbourg, d’Aix en Provence et de Bayreuth mais sans doute moins bien celui de San Sebastián, la «Quincena Musical». C’est pourtant le plus ancien et le plus réputé festival de musique d’Espagne. La programmation de sa 78° édition est alléchante. Pourquoi ne pas y aller cet été ?

San Sebastián est une magnifique ville située au Pays basque Espagnol, non loin de la frontière française. D’abord base militaire et navale, puis complètement détruite par les armées en déroute de Napoléon en 1813, San Sebastian est devenue, à l’initiative de la régente Marie-Christine, veuve du roi Alphonse XIII, une station balnéaire réputée à partir des années 1885. On y voit alors successivement apparaître un casino (actuellement siège de la mairie), le théâtre Victoria Eugenia (1912), le célèbre hôtel Maria Christina ainsi que de belles villas et les inévitables bains, pour cette ville de bord de mer centrée par une magnifique plage en forme de coquillage appelée, «la concha». Ces constructions sont volontiers faites dans un style dit français, ce qui vaudra parfois à San Sebastián le surnom de «Petit Paris». La première guerre mondiale transforme cette ville en un lieu cosmopolite où l’on peut croiser Mata Hari, Maurice Ravel, Léon Trotski et où il arrive que des ensembles réputés, comme les ballets russes, s’arrêtent. A partir de 1953, San Sebastián accueillera également tous les mois de septembre un festival de cinéma, devenu très réputé avec le temps, et à partir de 1966 un festival de jazz, également très couru.

De manière un peu curieuse, la «Quincena Musical» est née en août 1939,  la guerre civile espagnole à peine terminée. Créée sous l’impulsion des hôteliers et des commerçants de la ville, elle avait d’abord pour but d’enrichir l’offre touristique de la saison d’été. Pour cela, les premiers organisateurs ont en quelque sorte pris le relais de la tradition musicale qui existait déjà dans la ville depuis la fin du XIX°  siècle, notamment grâce à la création du conservatoire municipal en 1879, du célèbre chœur Orfeón Donostiarra en 1897 et des orchestres du «Gran Casino». Le but était alors également d’ouvrir le Théâtre Victoria Eugenia aux grands artistes européens qui cherchaient refuge ou passaient à San Sebastian pendant la guerre. Si le premier festival eut lieu dans l’ancien «Kursaal», les suivants se déroulèrent au théâtre Victoria Eugenia.

Cette première étape de splendeur dura jusqu’à la fin des années 60, lorsque les bouleversements politiques et les nouvelles habitudes touristiques générèrent des moments difficiles pour la «Quincena Musical». En 1979, la Mairie reprend les rennes du festival et consolide la structure avec la constitution, en 1991, d’un organisme gestionnaire plus large et incluant le gouvernement basque. Aujourd’hui, le festival peut compter sur le soutien d’un public local fidèle auquel il faut rajouter les mélomanes venant pour le festival et les vacanciers d’été. Depuis 1990, il fait partie de l’Association Européenne des Festivals ce qui lui permet un plus grand rayonnement et de développer des collaborations. L’opéra, parfois en version scénique, le ballet, les grands orchestres symphoniques, la musique de chambre, l’orgue, les chœurs, la musique contemporaine, les ensembles locaux, les spectacles pour enfants… tous ont leur place dans ce festival qui rayonne au-delà du Kursaal et du Victoria Eugenia dans des espaces multiples et parfois singuliers, non seulement à San Sebastián, mais également dans l’ensemble de la région. Son succès croissant a permis de transformer la «Quincena Musical» en un festival qui dure maintenant tout le mois d’août.

Depuis 1999, la «Quincena Musical» bénéfice d’une salle de concert exceptionnelle, le Kursaal (littéralement « salle de cure ») située en bord de mer sur l’autre plage de San Sebastián, la Zurriola. Construit avec talent par le grand architecte espagnol Rafael Moneo, il est doté de tout le confort moderne et d’une très belle acoustique que certains considèrent comme une des plus belles d’Europe. La «Quincena Musical» est dirigée depuis 2009 par Patrick Alfaya, ancien directeur des orchestres de Galice et de Catalogne, qui a gardé dans son équipe artistique son prédécesseur à ce poste pendant 30 ans, l’encyclopédique et si sympathique José Antonio Echenique. Tous les grands chefs d’orchestre ont dirigé ici, notamment Lorin Maazel, David Robertson, Neville Marriner, Semyon Bychkov, Zubin Mehta, Charles Dutoit, Yuri Temirkanov, Ivan Fischer, Vassily Petrenko, Daniel Gatti, Marek Janowski, Robin Ticciati, Tugan Sokhiev, Jonathan Nott, Jukka Pekka Saraste, Valery Gergiev, Mikhail Pletnev, Michel Plasson, Yannick Nézet-Séguin, Gianandrea Noseda et le regretté Alberto Zedda disparu au début de l’année 2017.

Si vous êtes de passage dans la région ou séjournez au pays basque français, n’hésitez pas à faire un détour par San Sebastián et assister à la «Quincena Musical». Vous pourrez notamment y entendre l’exceptionnel Orfeón Donostiarra, chœur amateur de niveau professionnel, vedette régulière de cette manifestation, par exemple dans un Fidelio qui sera donné le 4 août sous la direction de Juanjo Mena, un chef d’origine basque qui viendra avec l’orchestre philharmonique de la BBC dont il est le directeur et notamment Stuart Skelton et Ricarda Merbeth, et un prometteur Requiem de Verdi avec l’Orchestre philharmonique de Luxembourg, Maria José Siri, Daniella Barcellona, Antonio Poli, Riccardo Zanelatto et sous la  direction de Gustavo Gimeno (26 août). L’excellent orchestre symphonique de Cincinatti et son directeur le français Louis Langrée, récemment renouvelé à ce poste jusq’en 2022, seront également de la fête en clôture de la manifestation les 29 (Bernstein, Copland, Tchaikowski) et 30 août (Adams, Dvorak et le concerto de Bruch avec Renaud Capucon). Quant au Balthasar Neumann Ensemble de Thomas Hengelbrock, après une premier passage en 2016, il reviendra à nouveau cette année le 19 août pour la Messe en ut de Mozart et la symphonie inachevée de Schubert, précédée d’un de ses Stabat Mater.

Sachez aussi qu’en plus de cet aspect culturel, San Sebastián est une ville pleine de charme et réputée pour ses tapas (en basque pintxhos) et ses nombreux restaurants gastronomiques (3 trois étoiles Michelin, 2 deux étoiles et cinq une étoile). Ainsi, avant ou après un concert au Kursaal, le restaurant «Nineu», situé au sein même du Kursaal, est à ne pas rater notamment pour un de ses extraordinaires desserts, le soufflé aux cacahuètes : une merveille ! Sans parler des basques, chaleureux, sympathiques, simples, excellents chanteurs (et aussi surfeurs…) et parlant souvent le français !

Cet été, rendez-vous à San Sebastián et à la Quincena Musical !

Gilles Lesur

Le programme détaillé de la «Quincena Musical» en quatre langues (castillan, basque, français, anglais) est disponible sur  http://www.quincenamusical.eus/